L’industrie 4.0, internet industriel ou l’usine du futur.

Marketing internet

LA TRANSFORMATION DIGITALE PAR SECTEUR.

L’industrie, comme tous les secteurs de l’économie, est au centre de la transformation numérique. Elle est en train de vivre une véritable révolution marquée par l’interconnexion des machines couplée à l’utilisation massive des objets connectés (IoT) et l’impressionnante accélération du traitement des données (Big Data).

Digitalisation de la chaine de production.

Toute la chaine de conception/production est entièrement digitalisée, du design au bureau d’études jusqu’à la commercialisation/distribution en passant par la production et la maintenance. On parle de smart factories ou d’industrie 4.0.

Les machines peuvent maintenant « parler » c’est-à-dire envoyer leurs données en temps réel grâce à leurs capteurs communicants embarqués au sein des sites de production ou à l’extérieur (clients, partenaires et autres sites de production).

L’utilisation de ces capteurs apporte à l’outil de production une capacité d’autodiagnostic et permet également le contrôle à distance par les techniciens qui peuvent prendre très rapidement les bonnes décisions.

Flexibilité de la production.

Les sites de production composés d’objets intelligents communicants en réseaux en interne et reliés à l’extérieur permettent une flexibilité de la production jusque-là inimaginable. Tous les acteurs ont une place dans le processus, les partenaires comme les clients finaux peuvent interagir pour obtenir une modification ou une personnalisation des produits.

La possibilité d’utiliser les données produites par les différents éléments de la chaine de production permet également de simuler les process et de modéliser les flux de production. Ces simulations permettent de proposer des outils puissants d’aide à la décision.

Plateformes digitales.

Pour relier les machines entre elles ce sont des plateformes digitales qui « font le job ».
L’avènement de ces plateformes pourrait déplacer la valeur ajoutée des fabricants de machines vers les fabricants de logiciels. Comme vu récemment ou certains acteurs du monde numérique se sont très rapidement approprié la valeur sans nécessairement détenir le capital et ont commencé à marginaliser certains acteurs traditionnels (taxis avec Uber, hôteliers avec AirBnb …)

Comment les industries envisagent-elles cette révolution ?

Quelques grands industriels (GE, Siemens, Dassault Systèmes…) ont fait des usines du futur leur priorité et ont vite compris qu’ils devaient évoluer.

L’Allemagne lance un projet phare nommé « Industrie 4.0 » pour encourager la révolution digitale des industries. En France « l’Alliance Industrie du Futur » a été créée par des organisations professionnelles de l’industrie et du numérique et des établissements académiques afin de fédérer les initiatives de transformation de l’industrie. Les États-unis ont aussi un projet « Coalition pour le leadership dans la fabrication intelligente ».

Les entreprises de tailles intermédiaires et encore plus les PME ont du mal à appréhender l’impact du digital sur leur activité et ont surtout des difficultés à déployer la stratégie leur permettant de se mettre à jour.

Les conséquences et les enjeux sont énormes, les gains de productivité doivent permettre de concurrencer les usines à bas cout et relocaliser les emplois en Europe. Ils nécessitent par ailleurs une augmentation du niveau de qualification des emplois.

Investir dans l’usine intelligente est une absolue nécessité pour éviter d’être pris en tenaille par les usines à bas couts et dépassé par ses principaux concurrents et finir par disparaître rapidement.

La maitrise des flux d’informations et l’anticipation sont les enjeux indispensables pour réussir.

A découvrir : l’usine du futur par PSA

Philippe Malbrunot, Consultant Digital Effervescence.