Améliorer l’excellence opérationnelle pour rendre le travail plus souple

Marketing internet

Le temps est devenu, à l’image des données, une ressource précieuse dans le capitalisme numérique d’aujourd’hui. Nous avons vu naitre une multiplicité d’innovations, d’outils technologiques, de nouveaux moyens de résoudre un problème ou de satisfaire un besoin.

Les outils numériques permettent une meilleure maitrise et performance, car ils optimisent la gestion du temps et l’allocation des ressources. Mais cette recherche effrénée de l’outil digital « parfait » diminue notre capacité productive et notre flexibilité.

L’excellence opérationnelle s’intéresse justement à cette recherche de l’amélioration continue du travail.

Développer l’agilité stratégique

L’excellence opérationnelle se décompose en plusieurs facteurs, tous indispensables pour faire monter l’entreprise en compétence.

Tout d’abord, l’excellence opérationnelle consiste à apporter au client la meilleure satisfaction possible, en anticipant ses éventuels besoins et problèmes, qui pourraient altérer la valeur délivrée par le produit ou service.

Au sein de l’entreprise, l’attention doit se porter sur les collaborateurs, afin de libérer le capital productif et améliorer l’exécution des tâches.
Dans ce sens, la vision et la stratégie d’entreprise doivent être claires et adaptées à l’ensemble des employés, mais sans tomber dans une vulgarisation excessive.
Pour atteindre l’excellence opérationnelle, les dirigeants et les managers doivent écouter leurs salariés, leur donner de « l’empowerment », et les laisser s’exprimer librement. Aujourd’hui, la possibilité de choisir ses missions et de prendre du leadership a pris le pas sur le contrôle hiérarchique classique.
L’idéal est que l’entreprise soit composée de profils diversifiés, tant au niveau des compétences que des interactions : c’est à la frontière des compétences que nait l’innovation et l’amélioration opérationnelle d’une entreprise.

Tous ces aspects de l’excellence opérationnelle doivent être améliorés simultanément et en continue ; et il n’y a ni cadrage, ni point final pour rendre une organisation agile.

Repenser les activités et les métiers

La technologie sépare les tâches opérationnelles en deux grandes catégories : celles qui sont automatisables, et celles qui ne le sont pas. La valeur se créée donc – ou non – à ce niveau.
Or l’excellence opérationnelle consiste à améliorer les activités créatrices de valeur, et à réduire ou éliminer les autres. Par conséquent, il est nécessaire de réaffecter les ressources et les compétences en priorité sur les activités automatisables.

Mobiliser et fluidifier les organisations

fluidite-organisationSi l’excellence opérationnelle cherche sur le court et le moyen terme à améliorer l’efficacité des organisations, son objectif à long terme est d’insuffler une agilité en interne et externe des entreprises.

Pour être agile, une entreprise doit tout d’abord se concentrer sur son organisation et sur la répartition des tâches, pour favoriser le travail de groupe et le partage des connaissances.
Puis elle doit être réactive face aux marchés, c’est-à-dire réagir rapidement pour diffuser l’information, pour prendre des décisions et anticiper les nouveaux axes de croissance. Cette forme d’agilité est vitale si les entreprises veulent s’adapter aux nouvelles préférences des consommateurs, aux évolutions de la concurrence et à la disponibilité des ressources.

Pour conclure, la souplesse dans le rapport au travail est source de performance à long terme pour les organisations. L’excellence opérationnelle est un moyen pour atteindre des résultats probants en matière de management de la performance, de gestion du capital humain et d’agilité stratégique des entreprises sur les marchés.

Alexis DEBONIS, Consultant Digital Effervescence.

Thibaut BOURGON, Dirigeant Digital Effervescence.